métiers du futur

L’Observatoire des Métiers du Futur est un think tank qui se donne pour mission de contribuer à développer l’employabilité en France. Il décrypte en continu les tendances de l’évolution des métiers. Le COVID-19 fut évidemment l’occasion de s’interroger sur comment accompagner chacun pour se préparer à “l’après” et faire de cette crise une opportunité pour adapter compétences et métiers. Leur ambition est de contribuer à faire de ces transformations des opportunités à grande échelle, accessibles à chacun.

Leur dernière étude “Bâtir les métiers du futur” propose 7 propositions pour booster l’employabilité. Ces propositions ont pour objectif d’inspirer des changements positifs sur les métiers au profit de l’employabilité, pour bâtir une économie 3.0 plus inclusive et plus durable.

Cet article est composé d’extraits de cette étude.

7 enjeux pour booster l’employabilité

Les travaux de l’Observatoire des Métiers ont débuté en 2019, bien avant la crise sanitaire de 2020. Ils sont centrés sur la perception de ces évolutions par les actifs, pour en tirer des enseignements et identifier les bonnes orientations à prendre. Ils sont fondés sur les réponses de 300 d’entre eux, issus de soixante secteurs d’activité distincts, et de 50 interviews personnalisées réalisées auprès d’un public issu d’horizons très divers.

Dans sa synthèse, le Think Tank a relevé 7 leviers majeurs sur lesquels s’appuyer pour construire une vision d’avenir autour des compétences et des métiers. Nous nous appesantirons sur le dernier point ici, consacré à la formation. Nous reviendrons sur les autres leviers dans de prochains articles.

  1. Réaliser une vraie transformation digitale .
  2. Devenir un DRH du Futur
  3. Repenser l’organisation et les nouvelles formes de travail
  4. Faire des métiers les contributeurs d’une raison d’être authentique
  5. Mettre l’emploi, et par conséquent l’humain, au cœur des métiers du futur
  6. Adresser l’enjeu des soft skills
  7. Former à grande échelle et développer l’apprentissage permanent

Observatoire du futur

Retour sur le point 7 : l’enjeu stratégique de formation

Le digital bouscule toujours plus le monde professionnel et accélère sa transformation. Toutes les organisations et leurs différents métiers sont impactés. Chaque individu doit revoir sa manière de travailler, ses outils et moyens utilisés, et surtout acquérir de nouvelles compétences.

Écoliers, étudiants, jeunes actifs et expérimentés, nous sommes finalement tous concernés !

Dans cette réalité, comment les salariés pourront s’adapter, se reconvertir et gérer leur évolution de carrière ? Comment les jeunes devront s’orienter et être plus proactifs dans leurs choix de métiers ? Et sur quels critères, et premiers éléments de réponse, prépareront-ils leur avenir professionnel ? Ce que l’on attend aujourd’hui des travailleurs, ne sera plus tout à fait pareil demain. Le savoir-être et le savoir-faire seront-ils plus importants que les diplômes dans la sélection d’un candidat à l’embauche ? Avec les transformations numériques dans nos organisations, nos métiers et nos modes de vie, tout un chacun devra mieux se préparer, anticiper tous ces changements perpétuels, et donc se former tout au long de sa vie !

Avoir une démarche de formation tout au long de sa vie active

La formation tout au long de la vie n’a jamais autant été dans l’air du temps. A la différence de la période passée, les mentalités vont à présent bien dans le sens «d’apprendre tout le temps, de partout et n’importe quand ».

Ce n’est donc qu’une question de « passer à l’acte », qui n’en sera que plus habituel pour les nouvelles générations, dont les métiers ne feront que muter toujours plus vite.

« Apprendre à apprendre »

Les salariés devront être autonomes dans leur apprentissage et développer une culture de l’apprentissage permanent. De nos jours, toutes les informations sur les orientations professionnelles à suivre et les nouveaux métiers proposés, leur sont très facilement accessibles. Cependant, dans tout cet amas d’indications, il leur faudra aussi garder toute clairvoyance avec les compétences recherchées par les entreprises.

Cela ne pourra être, le salarié d’un côté, qui devra se renseigner et se former, et l’entreprise de l’autre, qui diagnostiquera leurs besoins de monter en compétences, et qui ensuite, leur prescrira des formations. Cela devra encore plus se faire dans l’échange et la concertation sur des objectifs communs et des solutions partagées, pour l’épanouissement du collaborateur et le bon développement de l’entreprise.

La réforme de la formation va dans ce sens

Les nouvelles réglementations comme le Compte Personnel de Formation (CPF) et les financements du Pôle Emploi, favorisent également l’accès et les moyens donnés aux salariés et chômeurs pour se former aux nouvelles tendances et métiers qui recrutent.

Le gouvernement, les institutions et les entreprises incitent tout actif à effectuer ces démarches par lui-même. La démocratisation du CPF à l’échelle nationale est un signal fort : ce sont aux salariés d’être acteurs de leur évolution professionnelle, notamment en matière de compétences.

Et le rôle des entreprises alors ?

Les besoins de nouvelles compétences évoluent en permanence dans les entreprises, c’est donc à elles aussi d’accompagner leurs salariés. Actuellement, en droit du travail français, c’est à l’employeur qu’incombe la responsabilité d’assurer l’adéquation des compétences de ses salariés aux évolutions de ses métiers. Il nous semble cependant que les concepts de GPEC, ou plus récemment de Strategic Workforce Planning, doivent être fondamentalement remis en question.

Notre conception de l’employabilité ne doit plus reposer seulement sur la capacité de l’entreprise à anticiper les compétences de demain. Il faudra compter de plus en plus sur la volonté des salariés de piloter eux-mêmes leur propre évolution. Ils ne con eront plus leur employabilité à leur entreprise uniquement, la nalité de leur vie professionnelle leur appartient aussi. Avec l’autonomie qu’ils ont pour le faire grâce à la diversi cation des moyens mis à leur disposition, et grâce à leur capacité à faire bouger les lignes de leur métier, l’entreprise n’est plus en position de tout contrôler. Elle doit donc faire con ance : « c’est celui qui fait qui sait ».

Malgré cela, il ne faut pas non plus oublier que les entreprises doivent continuer à jouer un rôle dynamique dans la mise en place de formations pour leurs salariés tout au long de leur carrière, en les accompagnant plus régulièrement et individuellement vers la monté en compétences indispensables dans leur métier. Une approche commune et concertée entre le salarié et l’employeur s’avère indispensable a n de faciliter les aides d’accès aux prestations de formations possibles et valider ensemble le dispositif d’accompagnement le plus approprié.

Plus de contenus et moyens pédagogiques

L’accessibilité aux contenus pédagogiques et pratiques se libéralise.. Elle se structure mieux et des entreprises révolutionnent l’apprentissage permanent.

L’ouverture à la connaissance et au savoir en ligne se démultiplie. Les innovations pédagogiques sont grandissantes. Une bonne connexion Internet, un ordinateur, une tablette ou un simple smartphone et c’est parti en formation à distance, via un MOOC, une classe virtuelle dirigée ou avec des pairs, en visioconférence, une session individuelle en E-learning ou par un tutoriel vidéo…

Avec toutes ces méthodes combinables les unes aux autres et complémentaires à toute session en présentiel, on peut même parler d’hybridation des méthodes d’apprentissage. Il n’y a pas que la théorie qui soit enseignée, bien au contraire, les mises en situation et cas pratiques sont faisables et animés en live ou replay grâce aux partages d’expérience de nombreux experts.

Le savoir est accessible à tous, de partout, n’importe quand et avec fun, tout en cassant ainsi les codes de l’enseignement classique !

Et vous ? Où en êtes-vous dans la transformation de votre Learning Culture ? Envie de comprendre comment la mise en place de communautés apprenantes dans votre organisation peut devenir le socle agile de votre dispositif de formation interne. Contactez-nous ! Nous serons ravis de vous présenter tous les avantages de Skilltroc !

👉 Retrouvez l’étude présentée dans cette article ici : https://www.metiersfutur.com/wp-content/uploads/2018/01/Batir-le-futur-des-métiers.pdf

Related Post