les communautés apprenantes

Mobiliser l’intelligence collective est sûrement ce que nous avons de mieux à faire pour nous habituer aux successives crises. Même si le concept d’Intelligence collective date des années 70, l’émergence de l’intérêt pour l’intelligence collective est plus récente. Si on part du postulat que l’Intelligence collective désigne “l’art de maximiser simultanément la liberté créatrice et l’efficacité collaborative” (Perret-Clermont, 2003), alors son intérêt tient à deux choses :

  • la première est la complexité croissante des problèmes rencontrés,
  • la seconde est la limite du fractionnement des composantes d’une situation.

L’organisation constitue le lien entre l’intelligence individuelle et l’intelligence collective. Même individuelle, l’intelligence s’inscrit indiscutablement dans une perspective organisationnelle plus large que le simple périmètre de travail d’un individu. Elle relève non seulement de la capacité d’un acteur à faire face à une situation de travail particulièrement complexe, mais incidemment de l’aptitude de l’organisation à favoriser la construction d’un comportement adapté et efficient.

L’intelligence collective se développe par l’apprentissage en groupes. Pour capitaliser sur cette dernière, il faut certes rassembler en une communauté un groupe d’individus variés qui interagiront ensemble, sur un sujet et dans un but communs. Mais pas en une “communauté” standard, non, une communauté apprenante. Ces individus chercheront dans ce cadre à s’inspirer les uns des autres, mais aussi à s’entraider, partager, pratiquer, expérimenter, se tromper ensemble… et recommencer avant de partager le fruit de leurs expériences à un groupe plus large. Et à chaque fois, ils adapteront ces expériences vertueuses et leurs enseignements relatifs à leur propre contexte, à leurs propres sujets.

Pour arriver à faire d’un groupe une communauté apprenante, encore faut-il en comprendre les rouages. Ce sera le but essentiel de ce rapide article. Il n’existe pas qu’un seul type de communauté apprenante, mais au moins trois. Nous avons compilé dans cette infographie leurs principales caractéristiques.

 

infographie communauté apprenante

 

La Communauté d’intérêt

“Une communauté d’intérêt est un regroupement de personnes qui se rassemblent autour d’un sujet d’intérêt commun. Ses membres participent à la communauté en vue d’échanger des informations, d’obtenir des réponses à des questions ou à des problèmes personnels, de mieux comprendre un sujet, de partager des passions communes ou de jouer.

Dans ce type de communauté les membres partagent de la connaissance et collaborent occasionnellement, leur participation est sporadique et l’appartenance au groupe est éphémère.”

Les individus qui intègrent une communauté d’intérêt sont conscients qu’ils ne peuvent pas résoudre leurs problèmes seuls. Ils cherchent donc à comprendre et interpréter leur expérience personnelle en la comparant aux expériences des autres membres. Ils cherchent des solutions pratiques à leurs problèmes quotidiens. Les solutions trouvées sont plutôt parcellaires et individualisées; elles sont plus personnelles que collectives.

L’engagement dans une communauté d’intérêt est assez complexe à mesurer, car il est conditionnée à l’adhésion de ses participants à d’autres communautés. Les membres, une fois leur solution trouvée se désengagent assez rapidement et les liens socio-affectifs sont assez superficiels.

La Communauté d’apprentissage

” Ce terme convient pour les personnes qui sont réunies par le fait d’avoir participé à un programme formel de formation (Jane Hart). La communauté d’apprenants est dans l’intention du pédagogue (Lave et Wenger, 1991). Son objet est la maîtrise de savoirs explicites, qui vont servir une pratique en devenir, dans un domaine donné (Delalonde et Isckia).

Mathilde Bourdat, dans un article pour Cegos propose « groupe constitué d’apprenants et d’au moins un facilitateur qui, durant un certain temps, animé par une vision et une volonté communes, poursuivent la maîtrise de connaissances, d’habilités ou d’attitudes ».

Trois attitudes fondamentales distinguent une communauté d’apprentissage d’un autre groupe de personnes réunies pour apprendre, écrit R. Grégoire : l’attention, le dialogue et l’entraide.

  1. L’attention : « les participants manifestent de l’attention les uns pour les autres ». « Chaque membre de la communauté ne fait pas nécessairement la même chose et ne suit pas une démarche identique, mais tous sont soucieux d’assurer l’accès optimal de chacun à un « corpus » commun de connaissances, d’habiletés et d’attitudes ».
  2. Le dialogue : « c’est à partir du moment où un groupe ou une communauté de travail passe du stade de la simple expression de points de vue à celui d’un dialogue sur ces points de vue qu’il se transmue peu à peu en communauté d’apprentissage » écrit R. Grégoire. Travail en groupe, échange d’informations entre apprenants, participation à des projets qui exigent la discussion d’idées et de méthodes : autant de situations qui favoriseront le passage du groupe à la communauté d’apprenants.
  3. L’entraide. Elle « ancre l’apprentissage dans un contexte de solidarité et de responsabilité (…). Elle donne ainsi à l’attention et au dialogue toute leur portée individuelle et sociale », écrit R. Grégoire. Etre membre d’une communauté d’apprentissage, c’est se sentir aidé et être encouragé à aider les autres.

La communauté d’apprentissage n’est pas qu’une affaire de partage de connaissances. Ce sont les liens socio-affectifs et les échanges socio-cognitifs qui permettent l’émergence d’une identité en tant que communauté, et confortent l’apprentissage social.

La Communauté de pratique

«Ce terme convient  pour un groupe de personnes qui partagent une préoccupation ou une passion à propos de quelque chose qu’elles font, et qui apprennent à le faire mieux en interagissant régulièrement». (Etienne Wenger-Traynor)

Trois conditions doivent être réunies pour que l’on se trouve en présence d’une telle communauté  :

  1. Le domaine : “il ne s’agit pas d’un club d’amis ou d’un réseau. L’identité est définie par un domaine partagé d’intérêt ». L’appartenance implique donc d’être engagé dans ce domaine, et de partager des compétences, qui vont distinguer les membres de la communauté de pratique des autres gens (…)».
  2. La communauté : « (…) les membres s’engagent à des activités communes et des discussions, de l’entraide, du partage d’information. Ils construisent des relations qui leur permettent d’apprendre les uns des autres, ils prennent soin de leur image vis-à-vis des autres ». Le fait de tous lire le même blog et d’y poster des commentaires, par exemple, ne suffit pas à faire une communauté de pratique.
  3. La pratique : Ce n’est pas qu’une communauté d’intérêt. Les membres nourrissent la communauté de leurs expériences, anecdotes, outils, façons de résoudre les problèmes : l’objet de la communauté est de résoudre des problèmes en mettant en commun des savoirs tacites.

Animer une communauté de pratique, écrit E. Wenger-Traynor, c’est s’assurer que ces trois éléments constitutifs (Domaine/ Communauté/ Pratique) sont réunis et les cultiver parallèlement.

L’engagement dans ce type de communauté apprenante est forte et le lien socio-affectif important. C’est aussi ce que viennent y chercher les membres.

 

Trois types de communauté apprenante, trois objectifs personnels et collectifs pour trois niveaux d’engagement. si l’on veut capitaliser sur toutes les richesses, talents, expériences, pratiques qui peuvent s’échanger dans une communauté apprenante, il est important de clarifier en amont de la création l’intention. Les ressorts d’animation, d’engagement et de motivation seront alors différents.

Chez Skilltroc, nous avons fait le choix de permettre aux communautés de pratiques et aux communautés d’apprentissage de trouver le parfait terrain de jeu digital pour déployer cette intelligence collective et tisser des canaux de confiance forts. Toutes nos fonctionnalités servent à faciliter les échanges d’information et la communication à différentes échelles : à deux, en groupe ou à l’attention de la communauté. L’objectif de notre plateforme est de permettre de  créer au sein du groupe d’utilisateurs de nouveaux rituels de partage de connaissance durable et agile.

 

👉 Article associé qui peut vous intéresser: Bien animer une communauté apprenante

 

Related Post